Institut des
NanoSciences de Paris
insp
insp
3.jpg

Vibration libre d’un nanofil de cuivre

La mise en vibration cohérente de nanosystèmes donne l’opportunité de sonder leurs propriétés élastiques à l’échelle du nanomètre. Elle permet aussi d’aborder des problématiques telles que la limite de validité en taille de l’hypothèse du milieu continu, le rôle des champs de contraintes internes, l’impact des procédés de structuration sur la réponse mécanique de ces entités, l’effet des atomes de surface. Le paysage vibrationnel de ces petites entités dépend certes de paramètres intrinsèques tels que la taille, la forme, les constantes élastiques mais également la nature du couplage avec l’environnement et plus particulièrement avec le substrat sur lequel elles reposent. Ainsi, l’étude de systèmes modèles habituellement privilégiée par l’équipe « Acoustique pour les NanoSciences » de l’INSP se heurtait à un manque de confinement acoustique au sein de ces nanosystèmes. Cette limitation a été récemment levée grâce à l’utilisation de nanofils libres, en collaboration avec l’IM2NP d’Aix-Marseille et le GSI Helmholtz Centre for Heavy Ion Research de Darmstadt.

lire la suite